Biographie

MarcMeganckN&BV2Personne ne m’a dit quel temps il faisait le jour où je suis né. Novembre, la météo ne devait pas être terrible. Pour l’heure, c’est plus clair, juste avant midi, pour l’apéro. Sinon, c’était à Bruxelles, en 1975…

Après une licence en Histoire médiévale et un diplôme en Gestion culturelle à l’Université libre de Bruxelles, je fais enfin cette rencontre décisive, celle qui détermine une partie du chemin. Bernard Gilson, un éditeur hors normes, un esthète du livre qui avait cru en la belgitude avant de lui tourner le dos. Une relation qui se consolide depuis l’an 2000, comme une prophétie millénariste. Des discussions. Des envolées. Du vin et des mots. La route, Bruxelles, la mer du Nord, la côte d’Opale. Une histoire de livres. Une histoire d’amitié.

Bernard Gilson me fait découvrir l’univers d’André-Marcel Adamek. En 2002, je réalise d’ailleurs une étude des romans de cet écrivain belge parti trop tôt. L’écriture est déjà là, depuis quelques années. Je remplis mes carnets. Les petits riens de cette vie quotidienne qui nous tient. L’amour, l’amitié, les voyages, la ville, les bistrots de quartier, la musique. Des choses très belges qui nous collent à la peau. Et finalement, en 2007, à l’âge de 31 ans, je publie mon premier roman… chez Bernard Gilson Éditeur : Génération Raider.

L’impulsion a été donnée. Mon deuxième roman et une nouvelle paraissent en 2009 : Deux fois par an et Tout ça. En 2010, mon troisième roman, Port-au-Persil, et un recueil de nouvelles, Camionnette rouge. Le tout chez Bernard Gilson Éditeur, bien sûr. La maison d’édition de mes débuts ferme finalement ses portes. Coup de blues. Mais l’amitié de Bernard Gilson reste. Car les mots justes ont été dits, écrits, puis publiés.

En 2012, je rencontre Robert Nahum (180° éditions), chez qui paraît mon premier polar : Les Dessous de la Cambre. Et l’année suivante, mon cinquième roman : Une vie belge.  Depuis, je maintiens le cap. Je me répète tout bas ces quelques mots de Charles Bukowski : « Si vous tentez le coup, allez-y à fond. C’est une sensation unique. Vous côtoierez les dieux. Vos nuits brûleront rouge vif. La vie ne sera qu’un long éclat de rire. C’est le seul combat digne de ce nom ».

Comments are closed.