Story 13 : La chute de Rome

romeLa plupart du temps, je m’endors en face de quiconque me raconte ses vacances. Ça tombe toujours sur moi. Le collègue, l’ami, le parent qui vient tout juste de rentrer et qui ne tient pas d’impatience à l’idée de partager son vécu touristique. L’horreur en prime quand il s’évertue à prononcer les noms de villes, de rues, les toponymes avec l’accent local qu’il ne maîtrise absolument pas. À tout prendre, je préfère encore m’endormir devant un documentaire animalier – au moins je peux faire taire les animaux à coups de zappette. Il y a tout de même des exceptions d’un intérêt sociologique. Exemple : « On venait juste de descendre les escalier de la place d’Espagne. Je me suis retourné pour regarder une dernière fois l’église de la Trinité-des-Monts. Piazza di Spagna ! Pas de doute, j’étais à Rome. Caput Mundi ! Puis tout à basculé. J’ai loupé une marche. J’ai vu les pavés se rapprocher dangereusement, mais je trouvais ça beau – j’allais tout de même me viander sur une des plus belles places de la Chrétienté. J’ai senti un obstacle entre le sol romain et ma carcasse. Je venais de m’étaler de tout mon poids sur une Italienne frêle et osseuse. Scuzzi e tutti quanti ! Elle a eu mal – problème aux cervicales, détour par l’hôpital. Moi, je me sentais bien. Je revisitais la chute de Rome mille cinq cents ans après l’effondrement de l’Empire ! » No comment.

Lecture musicale : Nino Rota, Via Veneto

 

 

Comments are closed.